l'aventure par nature en Haute Gironde

samedi 16 mai 2015

16 mai 2015, championnat national UFOLEP

Enguerrand à la conquête d’un rendez-vous manqué

Chamberet en Corrèze organisait les 16 et 17 mai le championnat national VTT Ufolep qui faisait suite aux championnats départementaux et régionaux. Pour HG Green-Bike, 5 compétiteurs avaient participé aux championnats Girondin et Aquitain avec d’excellents résultats. Enguerrand et Bruno s’étaient particulièrement illustrés le 23 mars au Porges en revêtant le maillot de champion de Gironde 2015. L’imminence de notre rando des Côtes de Blaye et les nombreux préparatifs qui l’accompagnent n’auront une nouvelle fois pas permis à Bruno de participer au championnat national. Un autre membre du club aurait souhaité également vivre cette expérience mais le processus de sélection ne lui permettra malgré un bon résultat au Régional de participer. C’est donc Enguerrand qui représentait ce 16 mai les couleurs de HG Green Bike.

L’excitation d’Enguerrand d’une première expérience en championnat national pour cette première saison Ufolep a pris le dessus sur la déception des conditions de sa participation et de sa position sur la grille de départ.

Engué découvre les lieux le vendredi 15 mai lors de la reconnaissance du parcours. Le site est magnifique sur le plateau de Millevaches, avec ses vallons, sa forêt de hêtres, de sapins et épicéas. De notre point de vue, et malgré les nombreux reproches entendus çà et là, l’organisation a fait de son mieux pour accueillir sur trois jours des milliers de participants (vététistes, accompagnateurs, membres des comités…) dans cette généreuse et fragile nature : plusieurs parking à distance du parcours, nombreux bénévoles pour guider tout ce monde…

Au premier repérage, le parcours de 7,5 kms apparaît plaisant à Engué avec des zones découvertes et larges qui permettent de doubler (il en aura besoin!), et de nombreux singles monotraces qui slaloment entre les arbres de la forêt. Au 2ème tour de repérage, le parcours paraît finalement un peu trop facile, en particulier pour un championnat national de VTT et au regard des beaux parcours du Porge et de Belvès, presque un parcours de cyclo, aucun passage technique, peu de dénivelé… ça va aller vite pour tout le monde, et c’est ce qui en fera un parcours plus physique que technique. Dommage que l’organisation n’est pas sue davantage exploiter les reliefs de ce magnifique site.

 

Chamberet1 (Copier)

161 coureurs pour la course des cadets, 11 représentants pour le comité de Gironde. Suite à une erreur dans la procédure de pré-inscription (procédure qui rappelle davantage l’administration soviétique que l’équité sportive) le comité de Gironde a gracieusement inscrit Enguerrand en 11ème position des girondins, bien que champion en titre ! Allez comprendre. Avec son numéro 158, Enguerrand prend le départ sur la 13ème ligne, la dernière! Décevant pour lui ?

Le temps est nuageux, frais, avec quelques belles apparitions du soleil. Les premiers 500 mètres après la ligne de départ sont en ligne droite avec un terrain plutôt cabossé, davantage cabossé sur un côté, sur un quart de la largeur de ce début de parcours, partie par ailleurs en dévers. Durant l’échauffement, Enguerrand observe que tous les vététistes roulent sur les trois quarts de zone les plus propres, la plus facile… Logique ! Puisqu’il va falloir doubler plus d’une centaine de coureurs pour commencer à retrouver la têt de course et ses concurrents directs, Enguerrand décide dès le départ d’aller rouler sur la zone chaotique, choix dans l’absolu illogique, mais où il devrait trouver la place nécessaire au dépassement.

 

 

CHAMBERET (Copier)

 

Le départ est lancé, 5 secondes après, la dernière ligne s’élance à son tour dans un nuage de poussières. Enguerrand est à l’attaque, pas le choix ! Il double et remonte rapidement une cinquantaine de coureurs sur ces 500 premiers mètres. La stratégie était la bonne. Mais dès la première difficulté, dès la première bosse, les vététistes qui le devancent sont à pied alors que les leaders sont passés aisément sur le VTT et n’attendent pas pour filer. Ça va être compliqué, mais la motivation d’Engué est bien là. Alors qu’il avait planifié sur les 7,5 kms de la boucle des zones d’attaque pour doubler et remonter sur la tête de la course, et des zones de récupération, Enguerrand chamboule ses plans et boucle son 1er tour à fond. Il a une bonne et belle allure, l’entourage est confiant, il double, il double, il double, il redouble… Belle surprise que de voir Enguerrand boucler son 1er tour en 21ème position. Il poursuit son effort à l’entrée du 2ème tour avec des concurrents désormais dispersés, des concurrents qu’il faut aller chercher de plus en plus loin. Enguerrand sent qu’il a puisé trop fort et trop violemment dans ses forces sur le premier tour.    A son style sur le second tour nous comprenons qu’Engué gère davantage, qu’il essaie de récupérer. Il termine le 2ème tour en 18ème position. Au troisième tour, il faut compter sur les retardataires (un tour de retard) qui perturbent le repérage des concurrents qui devancent Enguerrand et qu’il doit rattraper : c’en était un (concurrent) : ouf, c’en était pas un, c’était un retardataire : dommage ! Enguerrand éprouve une grande fatigue sur ce troisième tour, très assoiffé, à la limite de l’hypoglycémie. Il comprend qu’il ne reverra jamais la tête de la course. Il termine au courage ses 22 kilomètres de course à la 17ème place. Bravo

Engué passe la ligne d’arrivée heureux d’en terminer, content de sa remontée et ses collègues girondins le félicitent. Il apprécie sa course, sa stratégie, satisfait de sa place et d’avoir remonté 141 vététistes. Difficile de faire mieux dans ces conditions. A froid, Enguerrand aura des regrets : celui d’avoir fait des efforts en vain, celui de n’avoir jamais pu disputer ses chances avec les meilleurs. Il remercie les vététistes girondins et les parents qui ont eu un mot sympathique sur sa course et qui se sont parfois indignés de sa position de départ. Il apprécie d’avoir participé avec Emma Terrigeol et Anthony Untrau à porter les cadets girondins à la 3ème place du classement par catégorie, sans nul doute que si le comité avait mieux placé Enguerrand, ils auraient pu encore mieux figurer…

 

Enfin, cette expérience nous amènera à proposer au comité Girondin Ufolep de modifier son mode de sélection afin de prendre en compte le résultat des 2 courses du championnat avant d’établir la sélection pour le national. Ceci permettra de positionner sur la première ligne de départ ceux avec la meilleure chance de monter sur le podium. En bref, éviter de faire à l’envers des pratiques courantes!!!









l'aventure par nature en Haute Gironde


Nous rencontrer, devenez adhérent...

querie@bbox.fr
06 63 52 52 82